Archives Août 2008

Fuji sama 2: le retour

Mercredi 27 Août 2008

Amoureux du Japon et de clichés, bonjour !… de clichés je l’espère car aujourd’hui il va y en avoir un paquet… car (comme certains le savent déjà) j’ai réescaladé il y a deux semaines le Mt Fuji avec 3 amis (qui ne l’avaient encore jamais fait).

Si le fameux proverbe le sage se doit de gravir le Fuji une fois dans sa vie, mais seul le fou recommence est vrai, alors je dois être bon pour l’asile car j’espère bien recommencer encore :D !..

Cette année je passerai rapidement sur l’ascension, car déjà décrite en long en large et en travers l’année dernière. J’ai trouvé celle de cette année plus facile psychologiquement car je connaissais les distances et les épreuves à endurer… par exemple que moins il reste de chemin à parcourir, plus le temps et l’effort nécessaire pour faire le moindre mètre devient considérable… qu’une fois 90% du chemin avalé, ce n’est pas la fin mais presque le début: le plus difficile est devant et les 300 derniers mètres de dénivelé nécessitent autant de temps et plus de souffrances que les 1500 qui les précédaient et qui étaient déjà bien corsés… (petit rappel: notre station de départ était à 2500m et le sommet à 3780m)

Comme l’année dernière, l’ascension commenca par un petit escalier à l’aspect anodin…

DSCN0010.jpg

Quand je disais que cette année était psychologiquement plus facile : on a eu le plaisir d’avoir des refuges ouverts distribuant vendant des plats chauds qui malgré leur prix cote en bourse et leur contenu spartiate, enchantent et réchauffent le coeur et l’esprit. Tel ce carré-rice (riz au curry):

DSCN0018.jpg

En dehors des photos aux stations qui émaillent le parcours (où l’on se prend avec de grands sourires et des poses dynamiques pour pouvoir dire fièrement plus tard “même pas dur le Fuji”) pas d’autres traces visuelles de l’ascension: nuit oblige, appareil photo pas très optimisé pour prendre les étoiles et surtout pour cause de concentration sur son effort et l’économie de gestes inutiles qui va avec…

Donc passons directement au plus intéressant: le sommet ! Aux alentours de 4h du matin nous étions arrivés, et avions la chance d’avoir (comme l’année dernière) de bonnes conditions météorologiques pour l’observation, la contemplation, et surtout (pour moi ^^) la prise de photos du soleil se levant sur le toit du Japon.

Je mets maintenant à mal la chronologie pour vous présenter immédiatement l’un de mes clichés les plus réussis:

DSCN4984.JPG

Pour l’occasion, je vous le propose également en haute résolution pour ceux qui le voudraient en wallpaper ^^.

Maintenant que je vous ai alléchés, retour en arrière alors qu’il fait encore presque nuit… la ligne de loupiotes est constituée par les lampes d’autres alpitouristes qui vont se positionner plus loin:

DSCN4874-2.JPG

J’adore ce moment où, dans la sybilline lueur de l’aube et perchés au dessus des nuages, tout le monde attend, yeux et appareils photos rivés vers le ciel, comme si on s’attendait d’un instant à l’autre à une rencontre du 3ème type:

DSCN4890.JPG

Pris avec le flash, c’est tout de suite moins sexy :D :

DSCN4910-2.JPG

En attendant le climax, on s’amuse à abserver les nuages aux formes improbables qui forment montagnes, chateaux et forteresses géantes à l’horizon…

DSCN4915.JPG

DSCN4921-1.JPG

DSCN4943.JPG

DSCN4955.JPG

Si ce n’était pas moi qui avais pris ces photos, j’aurais hurlé au mauvais photomontage en les voyant:

DSCN4960.JPG

DSCN4962.JPG

L’homme qui invoque le soleil…

DSCN4966.JPG

Je m’identifie beaucoup au photographe (on voit son trépied) de la suivante: elle symbolise bien le gars taré qui monte à des altitudes -presque- folles et ce de nuit juste pour pouvoir faire de belles photos:

DSCN4967.JPG

DSCN4974.JPG

DSCN4979.JPG

DSCN4981-1.JPG

La suivante est la seule de l’émergence en elle même que j’ai réussi à prendre sans alpitouriste dessus (même si ces derniers m’ont permis de faire de belles scènes avec “acteurs”) :

DSCN4983.JPG

C’est vraiment très délicat: entre le moment où les premiers rayons apparaissent et celui où le soleil est complètement levé, il se déroule à peine 30 secondes… c’est vraiment un instant unique (je dirais bien “magique” si je ne craignais pas les poncifs) qu’il ne faut pas louper sous peine de devoir se retaper l’escalade le lendemain où l’année suivante pour tenter de faire mieux… et encore, si le temps s’y prête :D :

DSCN4985.JPG

DSCN4992.JPG

Un dragon dantesque:

DSCN4997.JPG

… non, je ne ferai pas de dessin pour ceux qui ne le voient pas ;) .

Une fois le show terminé, tout le monde se précipite vers l’abri avant qu’il ne soit blindé pour tâcher de prendre une place assise. On peut alors dans la joie et la bonne humeur y manger jusqu’à 7 (!!) plats différents (comprendre “Bolinos”) CHAUDS !!… à des prix qui atteignent -vous l’aurez deviné- des sommets :D … et ce, pendant que le staff rabroue la salle en gueulant que si on ne consomme pas on a le droit d’aller se les geler dehors..

DSCN5007.JPG

…oui, je sais, ca ne donne pas vraiment très envie présenté comme ça, mais je vous assure que c’est le pied :D ! Et si on est prévoyant on a de toute façon assez de couches de vêtements pour faire transpirer un chameau au pôle sud, et un brûleur de gaz avec tout ce qui va avec.

Cette petite pause (qui malgré ma mauvaise langue est indispensable et très agréable) est l’occasion de sortir du sac les enveloppes et cartes postales à envoyer depuis le bureau de poste qui se trouve à côté… mieux vaut les avoir déjà affranchies sous peine de devoir faire la queue jusqu’au lendemain pour espérer pénétrer dans l’officine… c’était fort heureusement notre cas (ce n’est pas inutile d’en être à sa 2ème montée ;p).

DSCN5003.JPG

Puis vient la photo rituelle du cratère:

DSCN5008.JPG

ainsi que celle de votre serviteur..

DSCN5011.JPG

autre photo rituelle de l’ambiance au sommet…

DSCN5018.JPG

… et c’est parti pour la descente (cf. année dernière) !

DSCN5048.JPG

… presque aussi longue que la montée, mais un chouia moins dure cette année.

DSCN5058.JPG

Conclusion: vivement que je le refasse, pour passer par un chemin différent (j’essaierais avec grand plaisir la “voie des cendres” pour la descente, qui permet de dévaler au petit trot en 2h ce que l’on fait en 5~7h par le chemin que je connais). De plus il y a encore plein de clichés majestueux de levers de soleil à faire, et la prochaine fois je prendrai un baladeur pour pouvoir effectuer une partie de l’ascension avec de la goa plein les oreilles !….  :D

Ps: si vous souhaitez des versions en haute résolution de certains clichés, n’hésitez pas à me le demander en commentaire ;) .

Protégé: Fuji sama 2: les 4 protagonistes

Mercredi 27 Août 2008

Ce post est protégé. Veuillez entrer le mot de passe pour y accéder:

Archi(s) fous

Vendredi 22 Août 2008

Je faisais récemment allusion au fait que les architectes devraient arrêter de boire. Je reviens aujourd’hui sur mes propos pour les corriger: en fait, c’est la drogue qu’ils devraient arrêter :D :

DSCN4824.JPG

Encore une fois, je rigole: cet immeuble est génial !

DSCN4823.JPG

Restons dans le bâtiment pour méditer sur la phrase suivante…
“le Japon: pays de haute technologie à la pointe du progrès”
à l’aide de ces quelques photos…

DSCN4825.JPG

DSCN4828.JPG

Oui oui ! Ils sont bien assis sur des bouts de planches !

DSCN4827.JPG

A bientôt pour la suite de mes clichés d’été !

Interlude Shibuya

Samedi 16 Août 2008

Avant-dernier post “interlude” avant la reprise du cours normal des programmes ^^…

Cette fois ci, des photos comme je n’en fais plus depuis un moment (à tort d’ailleurs) de quotidien Tokyoïte, car je le vois tous les jours… heureusement, mon ami Rinrin est là, et je peux donc honteusement piocher dans ses clichés :D … voici donc quelques instantanés de Shibuya:

DSC00729.JPG

DSC00726.JPG

DSC00732.JPG

Hokuto no dTb

Vendredi 8 Août 2008

Magnifique statue de Ken, croisée à Akihabara.

DSCN4782.JPG

Voir mon post précédent pour l’explication de la singulière maigreur de celui-ci… encore deux semaines comme cela je le crains, avant de revenir à du contenu plus consistant ;) .