Speleo - descente n°1

Comme vous le savez si vous me connaissez, lorsque je vivais à Paris je passais beaucoup de temps dans les katas et j’ai ces dernières dans les tripes, dans l’âme, dans le foie et le cÅ“ur. Ainsi que les souterrains en général : ramper dans les interstices de la Terre Matrice, le noir absolu et complet qu’on y trouve, le plaisir de ne devoir compter que sur soi, son corps et son matériel pour survivre et subsister pendant quelques heures, la sérénité absolue qu’on trouve en ces lieux, la petite pointe de peur et de nostalgie en repensant à la mort de Joe l’indien (part 1, part 2)..

Tout ceci mis bout à bout fait que j’ai enfin (après plusieurs années d’hésitations) franchit le pas et rejoint le Tokyo Speleo Club.

Ma première descente a eu lieu il y a quelques semaines.. dans une forêt, à l’extrême limite du département de Tokyo, dans l’une des rares cavernes accessibles depuis la capitale sans devoir passer 10 heures dans une voiture, du nom de Chochin Ana (ちょうちん穴) soit “trou où seule une lampe de mineur a la place de passer”.. autant dire qu’elle est réputée pour ses galeries étroites (chatières)..

Nous disions donc.. sur une route traversant une forêt à la lisière de Tokyo..

 

Un peu en dehors des sentiers battus..

Après avoir passé plusieurs ponts de bois sur lesquels mieux vaut ne pas s’attarder (ou alors passer à gué)..

Se trouve un trou (je triche un peu, ce n’est pas vraiment l’entrée qui était juste à côté)..

Dans lequel on s’apprête à passer l’après-midi..

L’entrée (n°2, il y en a plusieurs) vue de l’intérieur (oui ça grimpe, ou plutôt, ça descend sévère)..

Mais ? Mais ? Par où sont-elles passées ?

Ha ha ! Je faisais encore le malin sur cette photo, sans me douter que j’allais rester stucké 5 bonnes minutes dans ce même passage un peu plus tard quand il faudrait que je le repasse dans l’autre sens :D

Je m’en suis sorti, je suis heureux.
Oui, j’ai fait la guerre de 14 moi monsieur.

Pour ma sempai c’est une balade de santé.

Bon allez, on remonte ! un avantage de la spéléo sur l’escalade c’est qu’il y a des prises partout :D

Et la prochaine fois quelques clichés de ma 2ème descente, un peu plus intéressants que ceux-ci. J’ai découvert la plaie que c’est de devoir enlever ses gants pleins de glaise et de guano de chauve-souris puis de s’épousseter les mains qui ne sont quand même pas super propre, puis d’ouvrir la pochette de sa combinaison où se trouve l’appareil photo pour pouvoir enfin prendre un cliché.. la fois suivante, j’étais un peu plus habitué :D

One Response to “Speleo - descente n°1”

  1. Rinrin Says:

    Ah ah ah, sympa, mais jamais de la vie tu ne me feras faire un truc comme ça ! rien qu’à voir les photos, je suis pris de claustro ! ;)

Leave a Reply