Archives de la catégorie 'Kassa culture'

Dégouté dégouté dégouté

Lundi 19 Juin 2006

J’avais fait une super photo d’une ribambelle de japonais hilares (du salaryman en costume cravate aux grands-pères et grands-mères avec leurs cannes), se pressant autour d’une poussette pour serrer la main d’un enfant américain de 2 ans qui n’y comprenait rien, mais s’exécutait quand même, hilare lui aussi, sous le regard bienveillant de la mère. Le genre de photo qui une fois passé en noir & blanc aurait été un vrai chef-d’oeuvre qui m’aurait valu l’admiration de mes pairs, m’aurait fait gagner de nombreux prix internationaux de photographie, ma fortune était faite ! :D … mais comme j’avais pris cette photo sur la nouvelle mini SD de mon keitai, le lendemain en bidouillant j’ai voulu tester l’option “initialiser la carte SD”… je ne vous raconte pas mon désespoir ! Adieu la gloire et la fortune !! Tellement dégouté que j’ai cru que je n’aurais plus jamais envie de prendre de photos… enfin bon, je m’y suis remis, mais dégouté quand même :(

Pour continuer dans la série des parapluies (et j’inaugure au passage ma catégorie “parapluies”, ou plutôt “Kassa culture“, il risque d’y avoir d’autres posts sur le sujet), voici encore du jamais vu, le “plante parapluie”… mais ils font comment les pliants ?? Le plus drole est que la boutique propriétaire de l’objet est une boutique de fleurs :) .

PA0_0001.JPG

Pub pour Volvic dans le métro :

SA350022.jpg

Autre post plus intéressant à venir un peu plus tard ;)

Changement de temps et photos

Lundi 22 Mai 2006

C’est incroyable la vitesse laquelle le temps peut changer des fois. Samedi il aura fallu une demi heure pour passer de ça :
HPIM0215.jpg

ça :
HPIM0226.jpg

Le matin, ciel immaculé, pas le moindre nuage l’horizon, 30° l’ombre et vent chaud qui ne rafraichit rien, vous voyez le topo. Je sors naturellement sans parapluie et en T.shirt… Cela ne discontinue pas, j’entre dans une bibliothèque, je me plonge dans un livre une petite demi heure, et quand je lève la tête, les baies vitrées me font constater l’arrivée d’une véritable averse typhon cyclonoïde qui bat les carreaux… et je n’en crois pas mes yeux !

Enfin bon, je vous gonfle avec mes commentaires, place au reste des photos de la journée (encore une fois rappel, clic = agrandir ;o)) :

HPIM0216.jpg

HPIM0217.jpg

HPIM0218.jpg

HPIM0219.jpg

Après la pluie, le vent chasse les nuages…
HPIM0222.jpg

HPIM0225.jpg

HPIM0227.jpg

HPIM0229.jpg

HPIM0231.jpg

HPIM0233.jpg

Un homme, presque seul sur son quai…
HPIM0234.jpg

Comme les averses imprévues sont fréquentes et violentes, comme ce jour l , les vendeurs de parapluies improvisés sont nombreux (fort heureusement). Dans ces cas l , toutes les boutiques : du cordonnier aux pharmacies en passant par les librairies et autres patisseries sortent leurs stocks de parapluies 300yens (15 francs, 2 3€).
Et voici LE parapluie jetable qui va avec le prix : transparent, solide comme une alumette, mais si pratique !! (acheté chez un développeur de photos ce jour l ).
HPIM0237.jpg
On en voit tout le temps des tonnes qui dépassent des poubelles (généralement après la pluie, naturellement…), accrochés l’abandon sur des grillages, l’entrée des gares, etc. Ils deviennent naturellement encore plus courants pendant la saison des pluies (en juillet, je tâcherai de vous prendre quelques-uns de ces pauvres orphelins).
Cet abandon sauvage se comprend un peu : ces achats imprévus font que tous les japonais se retrouvent avec des collections de parapluies dans leur entrée. Comme vous pouvez le constater, même moi qui ne suis pas porté sur la chose en suis au troisième (et encore, j’en avais abandonné un l’année dernière).

Kassa culture 2 (kassa = parapluie)

Lundi 15 Mai 2006

Comme vous avez pu le remarquer, pas de post ce week-end, comme ce sera le cas la plupart du temps…

Aujourd’hui je continue mon exploration de la culture du parapluie mouillé (mais non, ils ne poussent pas dans les champs !) au Japon, que j’avais débuté dans ce post.

Comme je l’avais indiqué, la plupart des magasins, lorsqu’il pleut, proposent de simples distributeurs de plastiques jetables que l’on décroche et dans lequel on glisse tant bien que mal son parapluie tripé pour éviter de faire de sales tâches noirâtres l’intérieur des magasins sus-cités… Parfois de gentils employés sont présents pour le faire votre place, mais plus fréquemment encore, on trouve des emballeurs automatiques… démonstration en vidéo (divx) :
movie1_prev.jpg

Maintenant ma propre photo de “garage” parapluie. Je vous rassure, ce n’est pas payant : on met juste le parapluie et on prend la clé. Comment ça ridicule ? Avouez que vous n’ameriez pas vous faire faucher votre parapluie Vuitton, Prada, ou Hello Kitty !
kassa4.jpg

D’autres échoppes trouvent que la distribution de plastiques jetables revient cher, et ont donc choisi une solution amortissable (et qui plus est, écologique ;) )…
kassa2.jpg
==>
kassa3.jpg

Enfin, certains… n’ont vraiment pas les moyens (entrée d’un équivalent d’Ed l’épicier) :D
kassa5.jpg

boulot boulot…

Lundi 8 Mai 2006

Comme indiqué dans le titre, boulot boulot, donc pas trop le temps de rédiger, bien que j’aurais beaucoup à dire.

Petite photo en attendant des jours plus diserts :

secoueur de parapluie
Généralement quand il pleut dans les grandes villes, on trouve à l’entrée des magasins, musées et autres cinémas des distributeurs de plastiques permettant d’emballer son parapluie, de simples corbeilles permettant de les entreposer, ou bien encore des parkings. C’est la première fois que je croise ce dispositif permettant de les secouer, sans s’arroser (entrée d’un mc do)…