Archives Juillet 2007

Il faut vraiment être complètement fou, malade, givré, maboul, dingue…

Vendredi 27 Juillet 2007

… pour gravir ce truc:

fuji2.jpg

fuji.jpg

Ahhh… le Mont Fuji ou plutôt Fuji San

Citons le célèbre adage pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore: “Le sage grimpe le Fuji une fois, seul le fou y retourne une deuxième.”

Jusqu’à présent ce n’était que des mots pour moi, mais après avoir eu enfin l’occasion d’effectuer cette ascension mythique et absolument indispensable à tout amoureux du Japon, je confirme… “plus jamais !” :D

…enfin bon, je dis ça aujourd’hui, mais il est vrai que comme les pour les catacombes, je pense qu’on peut devenir accro à ce sport -presque- extrème; et même avoir envie d’y associer de petits plaisir comme s’offrir une bonne bouteille et/ou de bons petits plats au sommet, monter avec de la bonne musique dans les oreilles, ou tout simplement vouloir recommencer avec un équipement un peu meilleur (plats auto-chauffants, couvertures de survie pour les pauses qui durent un peu…).

Pour rappel, le mont Fuji culmine à 3770m et ne vole pas son surnom de “toit du Japon” car c’est effectivement son sommet le plus élevé, escaladable par des amateurs pendant deux mois en été (seul moment où les conditions n’y sont pas trop dangereuses) et fermé hors de cette période, sauf pour les ”vrais” alpinistes qui viennent s’y entraîner en hiver.

Maintenant que les bases sont posées, commençons le récit de l’ascension:

Au départ nous étions 9…

… et je vous rassure tout de suite, à l’arrivée aussi (arrivée = le lendemain au point de départ).

Nous avions décidé de faire du très classique et de:
- partir de la 5ème station (ultime point accessible en voiture/moto/bus/trotinette à moteur).
- prendre la voie la plus commune (la kawaguchiko) dont le point de départ n’est pas le plus élevé des quatre, mais qui doit son succès au grand parking qui s’y trouve.
- de faire l’ascension de nuit pour pouvoir admirer le lever du soleil depuis le sommet.

Les warriors sur le parking, prêts pour le départ: 

neuf.jpg
Pour voir la photo en vrai, cliquer dessus et entrer deux fois le mot de passe habituel.

Le neuvième était naturellement moi, derrière l’appareil (n’ayant pas encore récupéré les photos des autres, je ne vais pas être beaucoup présent :) ).

21h45 (oui, le soleil se couche très tôt ici): tan tan tan taaannnn…  l’entrée, le début, là où tout commence… nous nous demandons encore vers quels mystères, dangers et épreuves va nous mener cet anodin escalier…

HPIM2185.JPG

Je m’attendais à ressentir parfois des sensations identiques à celles éprouvées dans les catacombes (les bouteilles d’alcool dans le sac en moins et les energy-drinks en plus) et cela ne manqua pas… à peine l’escalier fini, la montée fut très très hard-core, et me fit penser comme la première fois que j’entrai dans les katas: “aiilllee… pfffiii… mais dans quoi je me suis embarqué ? ce n’est pas possible ! si c’est comme ça tout le long je vais devoir abandonner et retourner en arrière dans deux minutes”… et de la même manière, cela se calme après quelques dizaines de mètres, et le corps commence également à s’habituer. On se dit alors, “j’y suis ! C’est parti !” Et de s’amuser à faire des expériences photographiques:

HPIM2189.JPG

… pris en longue exposition, mais en tremblotant. Cela permet toutefois de voir que nous sommes déjà loin au dessus des nuages nocturnes. Une vraie mer, comme en avion.

Une mystérieuse lueur venant d’en dessous des nuages et qui disparut rapidement: révélation !! les ovnis ne viennent pas du ciel mais d’en bas ! :D :

HPIM2192.JPG

On arrive comme cela rapidement et joyeusement à la première station -enfin non, la 6ème dans l’absolu- en moins d’un quart d’heure. Et de nous dire alors “mais c’est de la gnognotte ! c’est facile en fait, à ce rythme là nous sommes au sommet dans une heure” (il y a 5 stations après la 5ème (enfin 7 en pratique car il y en a 2 en plus sans numéro))…

…pauvres innocents naïfs que nous étions… cette “pré-étape” doit sûrement être -nous ne l’avons compris que plus tard- un “test” pour que les non-initiés découvrent ce à quoi ils ont affaire, et que ceux qui ne le sentent pas puissent abandonner ici…

le chemin de la 6 à la 7 fut déjà nettement plus long et laborieux. Néanmoins nous étions encore frais, les energy drinks avalés peu avant arrivant en vitesse de croisière, le froid, le vent et le manque d’oxygène ne se faisant pas encore sentir…

le trajet jusqu’à la station 7 pris donc dans les 3 quarts d’heure à une heure (durée moyenne entre 2 stations) mais encore guilleret, le groupe s’éparpillant pas mal, chacun allant à sa propre vitesse, les expériences photographiques continuant (encore une fois c’est de la longue expo, il ne faisait naturellement pas si clair) pour montrer l’angle de la pente en début de parcours (et comme vous pouvez le constater par rapport à l’horizontale des nuages, elle est même un peu plus accentuée que ne le suggèrent les clichés):

HPIM2195.JPG

Ce n’est pas un autre “ovni”, c’est la lune ;) :

HPIM2194.JPG

L’étape suivante (7=>7,5) se déroula encore à peu près dans les mêmes conditions, des sous-groupes commençant à se former : le groupe de ceux qui sont loin devant, le groupe de ceux qui sont loin derrière, et celui central (de 3 personnes) où je me trouve. Mais on conserve encore en gros chacun son rythme, nous sommes espacés de quelques dizaines de mètres, mais nous retrouvons de temps en temps pour les pauses, nous attendons, et prenons des en-cas ensemble. Le froid commence à se faire sentir lorsqu’on s’arrête plus de 2 / 3 minutes, le vent (blizzard devrais-je dire) commençant à nous faire l’honneur de sa présence, et le manque d’oxygène commençant certainement à influer sur le corps qui s’essoufle de plus en plus.

A partir de la station 7,5 et jusqu’au sommet, notre groupe (de 3 personnes toujours) devint de plus en plus compact… alors qu’il commença par un éloignement moyen de 50 mètres, au fur et à mesure que les conditions devenaient plus mauvaises, que l’on souffrait plus, on se rapprochait constamment -et plus ou moins inconsciemment- les uns des autres, pour finir par n’être plus espacés que d’une enjambée, marchant dans les pas l’un de l’autre, au même rythme, au même souffle, aux même pauses…. un petit noyau de chaleur et d’humanité dans des conditions plus qu’hostiles… je dirais… -en exagérant un peu forcément (mais pas par rapport à mon ressenti)- inhumaines.

Je n’étais pas le seul à souffrir et nous inquiétions tout le temps de l’apparente souffrance de l’autre, à se demander s’il n’allait pas tomber inanimé sous nos yeux et même à s’observer intérieurerement avec beaucoup de soin et d’attention pour discerner d’éventuel signes précurseurs d’évanouissements… mais cela n’eu jamais lieu: respirer soigneusement, consciencieusement, tout en conservant un rythme de grimpette très lent et continu, sans accoups, fut toujours le meilleur des remèdes, et même LA solution à tous les maux.

Au bout d’un moment de ce rythme, même les pauses deviennent en fait de trop: la reprise est plus dure que le simple fait de continuer très lentement: un pied devant, on cherche à la torche une pierre ou un point qui parait assez stable pour poser le pied, on pose le pied, on cherche un nouveau point, on pose le pied, on cherche un nouveau point, on pose le pied, on cherche un nouveau point, on pose le pied,……… et le tout en respirant tout le temps soigneusement -méticuleusement presque- en rythme, et en s’observant intérieurement.

On entre littéralement en transe.

Alors qu’au début on pense toujours à la station suivante comme au but actuel, au bout d’un moment cela sort même de nos pensées… toujours attendre le relai suivant, espérer le voir apparaître au détour d’un rocher devient en fait plus fatiguant que motivant. Surtout une fois que l’on a compris que reprendre après une pause est plus dur que de ne pas s’arrêter. A partir de ce moment on peut vraiment dire que la transe est là: notre esprit n’est plus dans le futur (”vivement la station suivante”), mais dans le présent : dans l’ici et le maintenant. Dans le pas suivant que tu prépare, dans ton souffle de l’instant, avec la vague idée que le but est désormais le sommet, tout simplement. Que celui çi est encore très loin et que donc tu n’as plus qu’une chose à faire: être ici et maintenant et avancer.

Bon, maintenant quelques photos pour aérer un peu. Tout d’abord pour montrer dans quelle mesure cette ascension peut être qualifiée d’”escalade”:

HPIM2198.JPG

Et c’est comme ça tout du long, naturellement de plus en plus raide au fur et à mesure.

HPIM2199.JPG

Fort heureusement le parcours est bien balisé, et les cordes présentes sont fermement attachées à des piquets eux-mêmes solidement ancrés dans le sol, permettant de se tirer et de trouver des points d’appui.

Néanmoins, de nuit, il arrive de s’éloigner un peu du “chemin”. On le remarque généralement lorsque la montée devient soudainement radicalement plus difficile: on se dit parfois “c’était déjà hardcore mais ça devient plus hardore que hardcore !”. On cherche alors un peu à la torche autour de soi pour découvrir généralement que l’on s’est éloigné de quelques mètres.

Voici donc mon petit groupe: 

PAP0036mini.jpg
(comme tout à l’heure, mot de passe requis)

La -seule et unique de l’ascension mais quand même de trop- cigarette pour se réchauffer et se redonner du courage dans le mistral tramontagneux et blizzardesque de la 8ème station:

PAP_0041.JPG

Cliquez ici, ici et là pour d’autres photos privées (le keitai à la main sur la première car je viens d’envoyer une photo à un ami en france :): on reçoit les ondes téléphoniques pendant la majeure partie de l’escalade, mais en haut plus rien (sur un AU tout du moins).

Et donc, aux alentours de 4h du matin, après trois dernières étapes (=>9=>9,5=>10) absolument inhumaines, nous arrivons, enfin !!!!!

Le soleil n’est pas encore levé… 

HPIM2205.JPG

…mais certains, au lieu de courir se réfugier à l’abri, sont déjà sur le pied de guerre pour le grand moment:

PAP_0047.JPG

Puis enfin, après s’être un peu réchauffés au simili-restaurant du sommet (il ne veulent même pas y vendre de la simple eau chaude: obligé de boire ce qui est au menu c’est à dire du thé… AU LAIT !!!! sacrilège !!! abomination !!! enfer !!! enfin bon… à côté de ça, la soupe miso était bonne) on sent tout d’un coup que le ciel prend une couleur plus intense, et l’on voit tout le monde se mettre à courir dehors, et là !…

La récompense ! Le climax ! Notre succès en image et en couleurs:

HPIM2216.JPG

Nous avons eu de la chance, il n’y avait pas de brouillard (j’avais lu dans des récits d’ascension que parfois on distingue à peine le soleil dans la brume):

PAP_0051.JPG

20070726045136.jpg

Les autres “alpitouristes”:

HPIM2212.JPG

Malheureusement une petite partie d’entre nous n’a pas réussi à arriver et se trouve encore à la station 9. Nous les y retrouverons au cours de la descente pour un bon petit déjeuner.

Il me manque encore les photos du cratère (eh oui, Fuji San est quand même un volcan; endormi, mais pas encore éteint, sa dernière éruption datant de 1708), que je n’ai pas pu prendre faute de batterie. J’essaierai de les mettre dans un nouveau post lorsque je les aurai.

Petite pause geek pour présenter un gadget à la fois totalement improbable, comique et utile: une lampe permettant de produire de l’électricité en tournant une petite manivelle, et servant ici… à recharger son téléphone portable pour pouvoir écrire à ses amis: 

HPIM2208m.jpg

Cela donnait en pratique: je tourne la manivelle une minute, j’écris un mot, je retourne la manivelle une autre minute, j’écris un autre mot, etc… :D

Quand à la descente… elle ne fut pas beaucoup plus facile que la montée, contrairement à ce à quoi je m’attendais. C’est un autre genre de difficulté. Alors que la montée était éprouvante pour le souffle, la respiration, et le corps entier, la descente est très éprouvante pour les jambes et les pieds, ainsi que pour le courage: alors que de nuit on ne voit pas plus loin que deux/trois pas, le jour on voit la difficulté du chemin dans son ensemble et on n’en revient FRANCHEMENT PAS d’avoir été capable d’escalader ça de nuit, on se demande sérieusement comment on a fait, et comment on ne s’est pas tué une centaine de fois (surtout que sur la fin une personne de notre groupe n’avait plus de lampe et qu’on l’encadrait pour l’éclairer). Alors que la montée demande juste de faire un pas en plus, puis un pas en plus… la descente demande constamment de se retenir pour ne pas se casser la figure. En plus du soleil qui monte, monte et commence à se faire écrasant, on croise de plus en plus de personnes qui montent de jour, et la politesse japonaise de l’escalade (que j’avais déjà remarquée au cours d’une petite ascension de Takao San) veut que l’on dise “o hayo gozaimasu” / “konnichiwa” (bonjour) à TOUTES les personnes que l’on croise. A un rythme moyen de 4 personnes par minute cela devient vite $£%#ant, et on a plutôt envie de garder notre énergie et notre concentration pour ne pas glisser.

Une fois enfin de retour en bas (en gros 9h après notre départ), nous filons finalement dormir dans un onsen tout luxe et confort, avec en bonus fauteuils de massage gratuits, salle de repos avec sièges inclinables, télévisions individuelles (ambiance vaisseau spatial / relaxation high-tech). Quel bonheur après tant d’efforts que de se laver, de se laisser aller dans un bain bouillant en extérieur, puis d’aller dormir à l’ombre tout nu et propre, avec juste ce qu’il faut de vent pour compenser la chaleur du soleil encore matinal… puis d’enchaîner par la salle de relaxation et d’y dormir (encore :D …) dans cette gigantesque pièce sombre au murmure (le bruit des télévisions au son atrophié, les légers ronflements, le gigantesque drap qui sert d’entrée légèrement poussé par la climatisation) qui respire le calme, la sérénité, la quiétude (tel la célèbre caverne en livres de Gaston mais avec une sensation encore plus… fraîche).

Puis retour sur Tokyo (nous avions 2 voitures) sans évènement notable suivi d’un énoooooorme tour de cadran au lit.

Conclusion: malgré le titre de ce post, malgré mes moults explications pour démontrer que c’était un vrai supplice, malgré que je n’arrête pas de dire “plus jamais ça”… cette sortie m’a vraiment fait éprouver un plaisir fou ! Le plaisir de faire du sport, le plaisir de la dopamine, l’euphorie éprouvée à chaque nouvelle respiration lorsque l’exercice devenait vraiment dur (chaque nouvelle inspiration semblait me redonner du tonus, me ”réinitialiser” le coeur et les muscles et me rendre extrèment fort alors que le pas précédent me donnait à chaque fois l’impression de complètement m’épuiser et m’achever; la composition de l’oxygène à cette altitude n’étant peut être pas tout à fait étrangère à cette sensation).

J’aime les choses qui font se sentir vivant. Et justement, on ne se sent jamais aussi vivant que lorsque l’on se sent à la “limite de la vie”: souffrir et se dire “c’est trop dur, je vais “mourir” si je continue”, s’observer pour vérifier qu’on ne va pas tomber dans les pommes, faire très attention à certains pasages de rochers pour ne pas glisser et se frcasser le crâne… tout cela fait se sentir incroyablement vivant !!

Et donc, j’ai l’impression que si l’occasion se représente et que quelqu’un me redemande (l’année prochaine, il ne faut pas pousser quand même) si je souhaite y retourner… je crois bien que je dirai oui ! :D … mais bon, je dis ça aujourd’hui… “que sera sera“…

La haine et l’amour sont souvent liés et j’ai l’impression que c’est très notablement le cas pour ma “relation” avec le Fuji. J’en ai souffert comme un fou et j’ai malgré tout envie de recommencer, et peut-être qu’un jour je ne sentirai même plus la souffrance, n’éprouverai plus que du plaisir.

Enfin, bon… beaucoup de bla bla de novice, je suis sûr que quelqu’un d’entraîné rigolerait bien à la lecture de ce post :D .

PS: j’ai récupéré d’autres photos et me souvient d’autres choses que je souhaiterais dire, mais je n’ai plus le courage ce soir… j’essaierai de faire un post “addendum” dans les jours qui viennent ;)

Vie quotidienne d’un salaryman japonais

Jeudi 12 Juillet 2007

Ce genre de scène est très courante ici… l’arithmétique pour l’obtenir est: avoir beaucoup bu avec ses collègues + avoir loupé le dernier train =

HPIM2096.JPG

Il ne faut pas…

Mercredi 11 Juillet 2007

…étrangler son chien dans l’ascenseur:

PAP_0005.JPG

Le plus “drôle” étant de se dire que pour qu’un tel panneau ait été créé, c’est que cela a déjà dû arriver :D .

Tobu World Square part 3

Jeudi 5 Juillet 2007

Promis, le prochain post (part 4) sera le dernier sur le Tobu World Square, car cela va devenir lassant à force. Tomoko avait raison de me dire de faire un blog spécial pour..

La Casa Vicens (que je connaissais pas, plus d’informations sur ce bâtiment ici et ici):

Avec un paparazzi:

Tobu World Square part 2

Mercredi 4 Juillet 2007

Et me voici de retour avec mes maquettes. Je vais tâcher de ne pas faire traîner ce sujet sur trop de posts car j’ai encore beaucoup de choses en réserve à vous montrer et à raconter.

Deux lieux au programme aujourd’hui, tout d’abord l’aéroport de Narita (l’aéroport  international de Tokyo) :

- Chargement et déchargement des passagers en zone blanche.
- Pas d’escale dans la zone rouge.
- Chargement immédiat des passagers en zone rouge.
- Pas d’escale dans la zone blanche.
- Non! La zone blanche est pour le chargement…

Et pour ceux qui n’auraient pas compris ou ne connaîtraient pas
=> x <=

Mais ! Mais ! C’est Frank Abagnale Jr. qui entre là: Attrapez le !!

Les pistes… ici les avions de British Airways et de Japan Air Lines :

Air France :) :

Passons maintenant au Tokyo Dome:

En pleine recherche d’angles de caméra sympathiques:

Elle m’a posé un lapin ou quoi ? :

Yakisobas et hot-dogs pour les affamés: